Chercher un film :

La dernière flèche

Affiche de La dernière flèche

Pony Soldier

Réalisé par Steven Spielberg 

Western - États-Unis - 1952

Aucune diffusion prévue à ce jour.
Suite à l’attaque surprise de l’aviation japonaise sur Pearl Harbor, les citoyens américains sont sur le qui-vive. La panique a atteint tout le pays et particulièrement la Californie qui s’attend à un débarquement de l’ennemi. Un sous-marin japonais, avec à son bord un officier nazi, croise au large de la côte avec l’intention d’attaquer un centre névralgique des Etats-Unis : Hollywood ! Pendant ce temps, la population et l’armée se préparent dans le désordre et dans une folie de plus en plus contagieuse. Célèbre pour être le seul bide en salles de Spielberg, 1941 s’est depuis largement rattrapé en vidéo, et sa réputation n’a fait que grandir avec les années. 1941, c’est la rencontre insolite entre le film de propagande typique des années 40 et Hellzapoppin, le rejeton improbable du film de guerre paranoïaque et des Marx Brothers. Ecrit par le jeune duo Robert Zemeckis/Bob Gale (futurs responsables de la merveilleuse trilogie Retour vers le futur), le projet est produit par John Milius qui en confie les rênes à Steven Spielberg tout droit sorti du triomphe de Rencontres du 3ème Type. C’est l’occasion pour le cinéaste cinéphile de diriger un fantastique barnum cinématographique qui va convier l’imagerie classique hollywoodienne et ses genres au service de cette gigantesque pochade. Le délire des situations et des personnages va trouver son pendant dans la mise en scène inventive et déchaînée de Spielberg qui, tel un enfant gâté, va brutaliser ses jouets. Dans les années 70, le réalisateur est le maître du jeu à Hollywood, et ce film prend la forme d’un exercice libertaire et libératoire doté d’un très gros budget, dont on aurait du mal à imaginer l’équivalent aujourd’hui. Bien entendu, il faut être amateur de l’humour si particulier développé ici pour ne pas perdre prise, en particulier celui issu de l’émission culte Saturday Night Live qui a révéla les futurs gloires présentes dans 1941 : John Belushi, Dan Aykroyd ou John Candy. Parmi les différents types de comédie exploités, le plus succulent vient des hommages détournés qui mettent en présence des légendes vivantes du cinéma se prêtant à cet exercice : Toshiro Mifune, Christopher Lee, Robert Stack ou encore Samuel Fuller. La dimension chorégraphique propre au style spielbergien est mis en avant dans cette œuvre démentielle qui prend délibérément l’apparence d’une comédie musicale, avec la complicité du fidèle John Williams qui parodie un peu sa composition de La Bataille de Midway. Spectacle grotesque, hystérique, sarcastique et frapadingue, bénéficiant d’un casting incroyable, 1941 enchaîne les gags et les séquences à vitesses grand V. Hollywoooooooooooooooooooooooooooood !!!!

Ronny Chester



Olivier Bitoun Ronny Chester François-Olivier Lefevre Erick Maurel Antoine Royer Franck Suzanne
4 6

: clAssik : À ne pas rater : À découvrir
: À l'occasion : À vos risques et périls : À fuir

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire

Nom
Appréciation
Commentaire