Chercher un film :

L'Avocat du diable

Affiche de L'Avocat du diable

Guilty as Sin

Réalisé par Sidney Lumet 

Thriller, Suspens - États-Unis - 1993

Aucune diffusion prévue à ce jour.
Jennifer Haines (Rebecca de Mornay) est une avocate aussi jolie que brillante. Au cours d'un procès où elle parvient par ruse à innocenter son client, elle remarque un homme dans le public qui ne la quitte pas des yeux et semble s'amuser de ses tours de passe-passe juridiques. Elle découvre le lendemain dans la presse que ce dernier est recherché par la police afin d'être interrogé sur la mort de sa femme, défenestrée quelques jours auparavant. Sur ces entrefaites, David Edgar Greenhill (Don Johnson), l'homme en question, débarque dans son bureau et demande à ce qu'elle accepte de pendre sa défense... Après « Contre-enquête » et « Une étrangère parmi nous », Sidney Lumet signe à nouveau un film policier avec ce « Guilty as Sin », de loin le moins enthousiasmant de la série. C'est une œuvre extrêmement balisée où on peine à retrouver la patte de Lumet. En effet, et contrairement à son habitude, c'est l'action et le suspense qui sont ici privilégiés au détriment des personnages. Ceux-ci, en outre, se révèlent extrêmement archétypaux alors que l'on sait combien le réalisateur aime à travailler ses personnages en profondeur car ils sont pour lui le fondement même de son cinéma. On est si loin de la démarche habituelle de Lumet que l'on se demande vraiment ce qui a pu pousser le cinéaste à accepter de porter à l'écran le scénario convenu de Larry Cohen. Le scénariste lorgne sans vergogne sur les nombreux thrillers tournés pendant les années 80, et cet « Avocat du diable » annonce la série de films que Joe Eszterhas signera entre 93 et 95 (« Basic Instinct », « Sliver », « Jade ») et qui reprendront peu ou prou la même formule en se contentant d'y ajouter une bonne dose d'érotisme tapageur. Artistiquement, « Guilty as Sin » est donc un film sans grand intérêt sinon que l'amateur de Sidney Lumet pourra s'amuser à y retrouver ce thème du doute qui ne cesse de revenir dans sa filmographie ou encore son goût pour les procès, même si l'on est ici à mille lieues d'un « Verdict » ou même d'un « Jugez-moi coupable ». C'est peut être ce qui a attiré Lumet dans ce projet, cette figure classique dans son cinéma d'un personnage cynique (une avocate sans scrupule, qui sait par exemple qu'elle fait libérer un criminel mafieux grâce à la menace d'un procès qui grillerait la couverture d'un agent du FBI) qui se trouve pris à son propre jeu et finit par rentrer dans le droit chemin. Jennifer Haines est un peu le pendant féminin de Pete St. John, le héros de « Power », ce qui nous fait dire que le cinéaste est décidément bien plus à l'aise lorsqu'il met en scène un pur confronté à la corruption que lorsqu'il s'agit pour lui de décrire le cheminement inverse. Du côté du procès, la réussite du film n'est guère plus probante. Contrairement à ses autres réalisations prenant pour cadre la justice, Lumet utilise ce background à des fins purement narratives et non pour explorer la façon dont fonctionne le système et les hommes qui l'incarnent. On retiendra donc simplement la prestation d'un Don Johnson, plutôt convaincant en psychopathe séducteur, et celle de Jack Warden qui incarne le seul personnage lumetien de ce film très impersonnel. On oubliera par contre vite une Rebecca de Mornay qui se révèle aussi fade que peu crédible. Toutes ces critiques faites, et si l'on accepte une intrigue peu crédible et quelques effets de mise en scène vus et revus, « L'Avocat du diable » se laisse gentiment regarder. On retiendra surtout un final qui pastiche comme il est de coutume le grand Alfred et dans lequel Sidney Lumet se laisse aller à quelques effets de couleur que n'aurait pas renié un Brian De Palma. Bref, « Guilty as Sin » est l'archétype du film du dimanche soir vite vu, vite oublié, mais dont l'honnête facture permet toutefois de passer un moment aussi anodin qu'agréable.

Olivier Bitoun



Olivier Bitoun Ronny Chester François-Olivier Lefevre Erick Maurel Antoine Royer Franck Suzanne
2

: clAssik : À ne pas rater : À découvrir
: À l'occasion : À vos risques et périls : À fuir

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire

Nom
Appréciation
Commentaire