Chercher un film :

Une créature de rêve

Affiche de Une créature de rêve

Weird Science

Réalisé par John Hughes 

Comédie - États-Unis - 1985

Aucune diffusion prévue à ce jour.
Gary (Anthony Michael Hall) et Wyatt (Ilan Mitchell-Smith) sont les geeks du lycée et, par conséquence, n'ont strictement aucun succès avec les filles. Ils décident donc de fabriquer la femme idéale en bidouillant leur Commodore 64 et en piratant des données depuis un serveur informatique du Pentagone. C'est ainsi qu'au bout de quelques essais infructueux apparaît Lisa (Kelly LeBrock), une divine créature qui va semer le chaos dans leur vie d'adolescents... Avec son pitch improbable, « Weird Science » n'offre plus rien de ce qui faisait l’originalité des deux premiers longs métrage de John Hughes. Alors que ce dernier avait su revoir de fond en comble le film pour ado avec « Sixteen Candles » et « Breakfast Club », il ne fait ici que répéter des formules déjà vues ailleurs des centaines de fois. Il n'y a plus ici d'univers singulier et personnel, d'approche sensible de la jeunesse, juste l’acceptation de la norme de la "teen comedy". Grossier, grotesque et un brin réactionnaire, « Weird Science » annonce la face noire du cinéma de John Hughes (les séries « Maman j'ai râté l'avion » ou « Beethoven »), son penchant commercial qui semble être l’incarnation cynique de son mal être d'adulte rêveur confronté à la réalité de l'industrie du cinéma. Le film souffre aussi d'être le troisième réalisé par Hughes en moins de deux ans, un rythme de production effréné qui d'évidence l'épuise : bâclé, tourné et monté à la va vite, une photographie sacrifiée sur l'autel d'une esthétique pub et clinquante... pas grand chose à sauver à part quelque séquences drôles et inventives. Le tout est qui plus est marqué par un cynisme qui devient à la longue foncièrement désagréable. Comme si Hughes se dégoûtait lui même de céder à la facilité et avait décidé de corrompre de l'intérieur la "teen comedy" en grossissant à outrance chacun de ses traits. Mais la leçon est amère, et l'on préfère mille fois plus le Hughes portraitiste sensible de l'adolescence que le satiriste glauque. Reste le plaisir de redécouvrir les tout jeunes Bill Paxton et Robert Downey Jr., ainsi que son acteur fétiche Anthony Michael Hall. « Une créature de rêve » peut ainsi être vu comme une nouvelle étape d'une série documentaire regardant grandir son acteur, seule manière de sauver « Weird Science » du désastre total.

Olivier Bitoun



Olivier Bitoun Ronny Chester François-Olivier Lefevre Erick Maurel Antoine Royer Franck Suzanne
1 2 3 2

: clAssik : À ne pas rater : À découvrir
: À l'occasion : À vos risques et périls : À fuir

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire

Nom
Appréciation
Commentaire