Chercher un film :

Jeune et innocent

Affiche de Jeune et innocent

Young and Innocent

Réalisé par Alfred Hitchcock 

Thriller, Suspens - Grande Bretagne - 1937

Aucune diffusion prévue à ce jour.
Christine Clay (Pamela Carne) est retrouvée morte, étranglée, sur une plage. Son petit ami un peu gigolo, Robert Tisdall (Derrick de Marney), est rapidement soupçonné par la police. Arrêté, il parvient à s'enfuir et trouve de l'aide auprès d'Erica Burgoyne (Nova Pilbeam), la fille de l'inspecteur de police. Il lui raconte son histoire et parvient à la convaincre de son innocence. Erica, bravant l’autorité paternelle, décide de tout faire pour le sortir des griffes de la justice et pour confondre le véritable criminel… Alfred Hitchcock ne signera plus que deux films anglais avant d'entamer sa carrière américaine. Il est alors dans l'heure des bilans (« Les 39 marches », « Une femme disparaît »), brassant ses thèmes, ses techniques avec une virtuosité jusqu'ici jamais égalée, notamment par le dosage parfait entre la comédie et le suspense. Cette poignée de films en forme de bilan pose aussi les bases de son œuvre à venir, et l'on devine dans chacun d’eux des esquisses de ses futures œuvres américaines. « Les 39 marches » annonce « La Mort aux trousses » tandis qu’« Une femme disparaît » et sa galerie de portraits préfigurent « Fenêtre sur cour ». « Jeune et innocent », s'il n'a pas de descendant aussi direct, évoque étrangement au détour d'un plan « Les Oiseaux » (le pique-nique perturbé par une attaque de mouettes) ou encore « La Mort aux trousses » (avec son personnage suspendu au-dessus du vide). Surtout, le film développe deux des principaux thèmes hitchcockiens. D’abord celui du faux coupable, certainement le thème de prédilection du cinéaste. Dans « Jeune et innocent », outre le héros injustement accusé, les apparences sont constamment faussées : un clochard portant la redingote du criminel devient une fausse piste, le héros s'enfuit en chaussant simplement une paire de lunettes, des adultes jouent aux enfants lors d'une fête familiale (la séquence magistrale de colin-maillard où le jeune couple doit parvenir à s'enfuir), des blancs se griment en musiciens noirs... Autre thème récurrent, celui du passage à l'âge adulte d'un jeune homme immature. Ici, cette figure est dédoublée et plutôt reportée sur le rôle féminin : Erica doit affronter l'autorité (le père et la police, fusionnés en un même personnage) afin de s'émanciper et de commencer sa vie d'adulte. Elle vient d'avoir dix-huit ans, et l'aventure dans laquelle elle est plongée est un parcours initiatique où sa naïveté enfantine doit céder la place à un regard lucide sur un monde dangereux et tout en faux-semblants. Robert, quant à lui, est un homme-enfant qui recherche toujours les bras maternant d'une femme qui s’occuperait de lui avant d’être une amante. C'est d’abord Christine qui joue ce rôle, puis Erica qui se plaît en remplir cette fonction de mère de substitution, rôle qu'elle endosse déjà avec ses frères et sœurs (leur mère étant à priori décédée). L’enjeu du film devient pour Robert de voir en Erica non une mère mais une amante et pour Erica de quitter ce sentiment maternel trop tôt acquis pour découvrir ses sens, ses désirs. Une découverte du sexe conjointe avec celle de la mort, Hitchcock filmant selon son adage les meurtres comme des scènes d'amour et les scènes d’amour comme des meurtres. Le cinéaste intègre brillamment ces thèmes au sein d’un film d’aventures plein de rebondissements, de suspense et d’humour. Le temps de ce film, Hitchcock met de côté ses expérimentations de mise en scène, préférant peaufiner ses acquis plutôt que de tenter de nouvelles choses. Hitchcock soigne ainsi sa carte de visite pour Hollywood où il compte bien dorénavant poursuivre sa carrière. Le final est ainsi l'occasion pour le cinéaste de signer l'un des plus célèbres travellings avants de l'histoire du cinéma, plus impressionnant encore que celui de « Notorious ». Si « Jeune et innocent » est au final en deçà de ces chefs-d’œuvre que sont « Les 39 marches » et « Une femme disparaît », car plus prévisible et souffrant d’une interprétation peu enthousiasmante, il n’en demeure pas moins un grand divertissement.

Olivier Bitoun



Olivier Bitoun Ronny Chester François-Olivier Lefevre Erick Maurel Antoine Royer Franck Suzanne
4 4 4 3

: clAssik : À ne pas rater : À découvrir
: À l'occasion : À vos risques et périls : À fuir

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire

Nom
Appréciation
Commentaire