Chercher un film :

Mon nom est Personne

Affiche de Mon nom est Personne

Il mio nome è Nessuno

Réalisé par Tonino Valerii 

Western - Italie - 1973

Aucune diffusion prévue à ce jour.
Il y a de beaux bâtards, et « Mon nom est personne » en est un : au-delà de son casting improbable qui oppose une jeune vedette célébrée pour ses prestations parodiques (Terence Hill, tout juste sorti de « Trinita ») à une vieille gloire hollywoodienne (Henry Fonda), la conception même du film obéit à une singulière dualité. En effet, quelques années après avoir enterré le western « classique » avec « Il était une fois dans l’Ouest », et tandis que le western spaghetti vivait ses dernières heures, Sergio Leone demanda à Tonino Valerii, l’un de ses anciens assistants-réalisateurs de la trilogie des dollars, de s’atteler à la direction d’un film qui se trouverait à la convergence des différents courants du genre : par le ton trivial du personnage de Personne, par le surjeu rigolard de Terence Hill, par certains effets de style appuyés, « Mon nom est Personne » cède à certains excès du spaghetti en inclinant fortement vers la parodie. A l’inverse, sa restitution des grands espaces, la gravité mélancolique qu’il véhicule ponctuellement ou sa conclusion très fordienne (« L’Homme qui tua Liberty Valance » n’est pas loin) le font tendre, avec déférence et application, vers le classicisme. Enfin, « Mon nom est Personn »e acte l’avènement de la modernité à travers ses références, symboliques (« La Horde Sauvage », un nom sur une tombe…) ou stylistiques, à Sam Peckinpah. L’action du film se situe ainsi au tournant du siècle, et décrit le passage de flambeau entre la vieille figure du cow-boy romantique et l’allégorie d’une modernité insaisissable que représente Personne. L’ordre ancien se meurt, et c’est avec lui tout le décorum classique du genre qui s’efface. D’une certaine manière, « Mon nom est Personne » est un film qui s’alimente de ses innombrables références, dont l’existence propre est conditionnée à la conscience de sa généalogie ; une sorte d’ancêtre, en quelque sorte, d’un cinéma post-moderne ultra-référentiel qui s’affirmera quelques vingt ans plus tard par le biais, par exemple, de Quentin Tarantino. Tout n’est évidemment pas parfait dans « Mon nom est Personne », qui peine souvent à trouver son équilibre entre toutes ses ascendances – certains excès de paillardise ou d’épate formelle nous paraissent aujourd’hui dispensables. Mais sa dimension ludique autant que sa jolie nostalgie ont de quoi ravir, idéalement mises en valeur par la partition légendaire d’un Ennio Morricone de prestige.

Antoine Royer



Olivier Bitoun Ronny Chester François-Olivier Lefevre Erick Maurel Antoine Royer Franck Suzanne
3 4 3 2 4 3

: clAssik : À ne pas rater : À découvrir
: À l'occasion : À vos risques et périls : À fuir

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire

Nom
Appréciation
Commentaire