Chercher un film :

La dernière flèche

Affiche de La dernière flèche

Pony Soldier

Réalisé par Abel Ferrara 

Western - États-Unis - 1952

Aucune diffusion prévue à ce jour.
Junkie, voyeur, corrompu, joueur invétéré... le "Bad Lieutenant" est un personnage pourri jusqu’à la moelle. Représentant de la loi, il est gangrené par le chaos. Une religieuse est violée sur l’autel d’une église. Le Bad Lieutenant est chargé de l’enquête. Elle connaît ses agresseurs mais refuse de les dénoncer. Lui la pousse à parler, parce que boucler une enquête redorerait son blason terni, parce qu’une récompense est offerte pour la capture des violeurs mais surtout parce qu’il désire comprendre ce qui anime la sœur. Lui qui incarne la lie humaine, veut saisir comment on peut toujours avoir la foi après avoir connu l’horreur, comment il est encore possible de pardonner. Après L’Ange de la vengeance, The King of New York et China Girl, Ferrara réalise un nouveau polar torturé. Mais ici il abandonne le lyrisme, le baroque, pour livrer une œuvre sèche, sombre, plongée en apnée dans la fange de l’humanité. Il filme Bad Lieutenant avec un réalisme cru : les scènes de défonce, les heures étirées où le détective se vautre dans son canapé devant un match de base-ball, la façon dont il jouit en humiliant deux jeunes filles... un hyperréalisme percé de visions mystiques que certains considéreront comme des chromos kitsch. Mais pour qui accepte l’outrance dont Ferrara peut faire preuve (on ne répétera jamais assez qu’il est normal de frôler le grotesque lorsque l’on cherche le sublime), l’apparition d’un Christ ensanglanté parvient à bouleverser même les plus athées d’entre nous. Dans le rôle du Bad Lieutenant, Harvey Keitel est proprement hallucinant. Habité par son personnage, possédé par sa folie, il incarne la lutte entre le désir du Bien et les forces incontrôlables qui le poussent vers le Mal. Sa plongée dans le vice est une quête, mais il en a perdu le fil et ne parvient plus à savoir quel en est le but. Sa rencontre avec la nonne redonne un sens à sa vie, lui fait prendre conscience que même lui peut avoir droit au pardon, lui permet d'entrevoir une porte de sortie, une issue qu’il n’attendait plus. La réussite totale de Bad Lieutenant, on la doit aussi au script audacieux de Zoe Lund. Elle a débuté en tant qu’actrice sous la caméra de Ferrara en incarnant la nonne en quête de vengeance de Mrs. 45. Après un long passage à vide au cinéma, elle se consacre à l’écriture. Bad Lieutenant est sa relecture trash des enseignements de la Bible. Le thème peut paraître simpliste, il est juste simple : comment on peut changer de vie, modifier son comportement, donner un sens à son existence, en essayant juste d’être un peu généreux avec le monde. Si le Bad Lieutenant peut y parvenir, lui qui accumule toutes les tares, c’est que tout un chacun peut y arriver. Bad Lieutenant, sous ses allures de polar âpre et dérangeant, est finalement une fable optimisme sur la capacité de l’homme à faire la paix avec le monde et avec soi, à dompter ses démons. Dans la lignée des œuvres de Schrader, Scorsese, Verhoeven ou encore Friedkin, c’est un film passionnant qui plonge dans les forces les plus obscures pour faire ressortir des petits fragments d’humanité. Un chef-d’œuvre.

Olivier Bitoun



Olivier Bitoun Ronny Chester François-Olivier Lefevre Erick Maurel Antoine Royer Franck Suzanne
4 6

: clAssik : À ne pas rater : À découvrir
: À l'occasion : À vos risques et périls : À fuir

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire

Nom
Appréciation
Commentaire